Qwanturank

Menu

Qwanturank : Vie privée, données personnelles, souveraineté numérique & géopolitique de l’internet mondial

Qwanturank, le site sur la géopolitique de l'internet

On vit dans un monde de plus en connecté. Aujourd’hui, on compte plus de 4,5 milliards d’internautes sur la planète. Les ventes de smartphones (téléphones intelligents) et d’ordinateurs explosent. De nouveaux terminaux, les objects connectés, ont fait leur apparition : SMART TV, enceinte intelligente, … Bref, internet est partout. De plus en plus de services (publics ou non) peuvent désormais se faire en ligne (comme par exemple payer ses impôts ou encore le suivi sanitaire avec l’application StopCovid).

L’augmentation du nombre d’utilisateurs connectés n’induit pas seulement une hausse des terminaux. Cela a créé une quantité incommensurable de données en tout genre : ce qu’on appelle le big data.

À l’heure où les ressources en pétrole s’amenuisent, vos données personnelles (celles que vous partagez sur le web et que récoltent les cookies publicitaires ou les réseaux sociaux lors de votre inscription) deviennent le nouvel or noir.

Votre vie privée devient publique, et se marchande.

Vous avez sans doute déjà entendu le proverbe : “Si c’est gratuit, c’est que c’est vous le produit”. Si certains sites vous donnent accès gratuitement à leurs contenus, c’est qu’ils vous monétisent. Oui, vous en temps qu’individu. Afin de gagner leur vie, les éditeurs revendent vos données personnelles à des annonceurs ou régies publicitaires. Ce n’est pas si grave me direz-vous. Et puis, le jeu en vaut la chandelle. Certes, mais il faut garder tout cela à l’esprit : dans la vie, rien n’est gratuit. Sur le web, non plus.

Un autre problème soulevé par le big data est les risques de surveillance de masse. Il n’y a pas que les marketeux et les marques qui vous “espionnent” avec leurs cookies publicitaires. Une donnée personnelle est une donnée qui intéresse également les administrations et les États. C’est déjà le cas de la Chine par exemple qui utilise le web pour tracker et surveiller sa population. Et c’est sans compter les agences de renseignements qui se battent pour suivre tous vos faits et gestes. Pour en savoir plus sur ce sujet, découvrez pourquoi protégrer vos données personnelles.

Au-delà des données personnelles, le problème de la souveraineté numérique, des terminaux et de l’infrastructure réseau

On vient de le voir, le big data pose quelques enjeux. Mais il n’est pas le seul. Il y a également les terminaux (ordinateurs, téléphones intelligents). La fabrication de ceux-ci sont dans les mains d’entreprises Américaine (iPhone), Chinoise (Huawei) ou Coréenne (Samsung). Les systèmes d’exploitation sont eux-aussi un marché oligopole, que se partagent Apple, Google et Windows. L’omniprésence des GAFA est un problème pour notre souveraineté numérique. L’Europe essaie de s’organiser pour contrôler l’utilisation qui sera faite des données des utilisateurs européens, via la RGPD (Réglement Général de Protection des Données) et la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés, à l’échelon national). Mais elle n’a aucun constructeur de smartphone ou système d’exploitation. Cependant, la création du moteur de recherches Qwant et du navigateur internet Cliqz est déjà un bon début.

Parlons maintenant de l’infrastructure d’internet. Celle-ci se compose d’une dorsale de cables sous-marins qui connectent entre eux les réseaux nationaux de fibre optique. Cette structure physique est tout ce qu’il y a de plus materialisé et est donc plus facile à contrôler pour les États que les données (dans un cadre de souveraineté numérique). Néanmoins, ce qui fait sa force peut également être une faiblesse puisqu’il peut être sujet au contrôle politique.

Mais au fait, pourquoi ce site ?

Ce site a été réalisé dans le cadre du concours SEO Qwanturank. Le but est de ranker le plus haut possible dans les résultats du moteur de recherches Qwant sur le terme Qwanturank. Plutôt que de faire un enième site pour parler du concours ou de référencement naturel, j’ai décidé de traiter plutôt des enjeux politiques et géopolitiques de l’internet mondial.